« Irréductible » de Jérôme Commandeur

3,5/5

Synopsis

Vincent Peltier, paisible employé aux « Eaux et forêts » à Limages, est incité à démissionner à cause d’une révision des effectifs, ce qu’il souhaite le moins du monde. Une inspectrice trop zélée décide de le muter dans les pires endroits au monde pour le pousser à renoncer. Elle l’envoie donc au Groënland pour protéger les cherches d’une base scientifique des attaques d’ours…

Critique

Après son raté passé inaperçu en 2016, Jérôme Commandeur a pris le temps de policer son style pour se laisser muer de comédien révolu à réalisateur accompli. Au risque de flirter avec la barrière du potache, « Irréductible » s’avère finalement être une surprenante comédie estivale.

Alors oui, l’écriture est parfois grossière, mais le comédien, désormais réalisateur, a réussi à se créer une pâte, une manière de faire et un humour qui lui est propre. Tant d’éléments qui inscrivent ce premier « vrai » film comme une référence populaire dont on ne se lassera pas !

Distinct dès le début, « Irréductible » s’impose comme une franche satire sur le fonctionnement à la française. Faisant partie intégrante de notre culture, la fonction publique représente une garantie unique au monde pour ses salariés. Or, toute structure à ses failles. Souvent caricaturée, c’est précisément dans ces défauts que Vincent Peltier, fonctionnaire convaincu, s’engouffre pour notre plus grand plaisir ! Qu’il s’agisse du gouvernement, des politiciens, des syndicats, et bien évidement des fonctionnaires en premier lieu, la ligne est moqueuse et surtout, assumée !

A l’heure où le système capitaliste glorifie en permanence l’innovation, nos entrepreneurs et leurs start-ups, « Irréductible » laisse donc une place empathique à nos travailleurs du quotidien. Ils aiment leur routine, la sécurité financière et professionnelle. Mais, en plus de représenter le Service Public, ces acteurs invisibles font partis d’un système ancré dans la culture française et auquel le métrage rend habillement hommage.

Parmi l’une des expatriations farfelues de Vincent Peltier, celle en Suède en est un intelligent reflet. Il part s’y installer et commence à s’y plaire, sauf que le mal du pays se fait vite ressentir. Le manque de nourriture gauloise en est une des premières causes, puis c’est ensuite tout ce système de parachutage qui lui manque. Primes, 13ème mois… Une finesse de style qui caricature à outrance et qui, en même temps, montre l’importance d’une organisation française inégalable ailleurs.

Bien que les perles de casting soient nombreuses, on pourrait craindre un éparpillement des histoires, similaire à un « Astérix » dans l’exemple de ce qu’il ne faut pas faire. Dans le cas présent, chaque acteur dispose de sa propre scène et bénéficie d’un minutieux dosage. Le tout s’inscrit dans une suite logique et n’entache à aucun moment l’histoire principale, ni même la place centrale qu’occupe Jérôme Commandeur, la star des fonctionnaires !

Ainsi, « Irréductible » nous offre le premier personnage de gauche by Christian Clavier. Ancien soutien de Sarkozy, l’acteur ayant souvent été caricaturé à droite, se retrouve pour notre plus grand plaisir en syndicaliste convaincu, adulateur de Fidel Castro. Un régal ! Gérard Darmon, qui a à son tour conquis les plus jeunes dans la dernière saison de « LOL : Qui rit, sort! » sur Amazon Prime, s’offre un nouvel élan de carrière. C’est dans un savoureux jeu d’acteur que nous le retrouvons en Ministre du Travail machiste et antipathique. Valérie Lemercier aussi est de la partie dans une courte (mais exceptionnelle !) apparition.

Le passage le plus surprenant sera celui de Gérard Depardieu ! Chauvin et émouvant, naturel finalement, l’acteur porte une scène qui honore la France et ses clichés universels qui représentent notre pays à travers le monde. Un angle brillant puisqu’il inclut une pause patriotique et larmoyante au cœur d’une comédie sans répit !

Mais la révélation de ce métrage est sans conteste Isabelle Bailliencourt, portée par Pascale Arbillot. En froide Cheffe de Cabinet frontalement opposée à Vincent Peltier, c’est surtout le baptême d’un duo de qualité que nous offre le film.

Irréductible peut-être, irrésistible clairement !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s