« Coupez ! » de Michel Hazanavicius

4/5

Synopsis

Un tournage de film de zombies dans un bâtiment désaffecté. Entre techniciens blasés et acteurs pas vraiment concernés, seul le réalisateur semble investi de l’énergie nécessaire pour donner vie à un énième film d’horreur à petit budget. L’irruption d’authentiques morts-vivants va perturber le tournage…

Critique

Sur un unique plan séquence d’une trentaine de minutes, Rémi accepte de tourner le remake d’un film japonais à succès : Un court-métrage de zombies interrompu par l’arrivée de vrais zombies. Choisit pour ouvrir le Festival de Cannes 2022, « Coupez ! » est un nanar complètement absurde qui se révèle être une pépite à la pointe de la comédie française. A ne pas louper !

Complètement barré, mal filmé, « Coupez ! » est un film « surprise », un film dans un film qui se compose en trois grandes parties. Tantôt drôle, tantôt gênant, les premiers instants, la projection perturbe puisque personne ne sait dans quel sens prendre et comprendre cet ovni visuel.

Là où ce métrage relève du génie, c’est qu’il nous abandonne le temps de la première demi-heure dans une absence d’intérêt absolue. Nous sommes littéralement lâchés dans une incompréhension complète. Et ce n’est qu’ensuite que l’effet de surprise est progressif…

Des couleurs vives et de la violence, du sang de partout sur des vêtements flashy, la chemise à fleurs de Brad Pitt porté par Romain Duris et le haut jaune à la Kill Bill pour une Bérénice Bejo en furie ne laisse pas l’ombre d’un doute quant aux probables références aux oeuvres de Tarantino.

Rendant aussi hommage au cinéma japonais, « Coupez ! » ‘s’acquitte d’un certain chauvinisme. Chaque pays ayant sa culture et ses codes, le film tourne à la dérision cette volonté néfaste qu’ont les producteurs et les réalisateurs étrangers de toujours vouloir rendre universel leur succès en l’adaptant à toutes les sauces.

Lorsqu’on lit entre les lignes, cette mascarade décalée est un florilège de témoignages et d’expériences sur un tournage. Alors, bien entendu, dans le cas présent, l’aspect comique est à son paroxysme et par conséquent exagéré. Mais le récit soulève des questions techniques propres à la préparation d’un film : Comment gérer l’imprévu ? Comment garder ou arranger une scène qui n’était pas prévue ? Comment changer les répliques au dernier moment ? Comment calmer les caprices de stars ? « Coupez ! » est une belle leçon de cinéma en matière d’improvisation, de gestion et de réalisation !

Généralement habitué aux romances moroses, il est agréable de voir Romain Duris dominé cette comédie, tout en ayant conservé sa marque de fabrique. Répliques, jeux de mots, l’acteur reprend ses codes habituels, loin de Kaplisch ou des esprits torturés de ses personnages.

A ses côtés, le casting est d’une extrême qualité. Le film ravira tous les amoureux du cinéma avec des artistes de talent tel que Grégory Gadebois, Bérénice Bejo, Finnegan Oldfield et même Jean-Pascal Zadi. Un melting-pot humoristique réunissant des icônes, des pro de l’écriture du cinéma français, dans une effusion de blagues et de jeux de langage assez jouissifs.

Que les friands de zombies et de trash soient prévenus, abstenez-vous ! Bien que « Coupez ! » soit une sanglante surprise, le film n’a absolument rien d’un film d’horreur ! Ce bijou cinématographique dans l’esprit  » La Cité de la Peur », est peu évident à cerner au début, mais important à regarder jusqu’au bout !

Ne « Coupez ! » surtout pas avant la fin…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s