« Simetierre » de Kevin Kölsch et Dennis Widmyer

Résultat de recherche d'images pour "simetierre senscritique"

2,5/5


Synopsis

Le docteur Louis Creed, sa femme Rachel et leurs deux jeunes enfants quittent Boston pour s’installer dans une région rurale du Maine. Près de sa maison, le docteur découvre un mystérieux cimetière caché au fond des bois. Peu après, une tragédie s’abat sur lui. Creed sollicite alors  l’aide d’un étrange voisin, Jud Crandall. Sans le savoir, il vient de déclencher une série d’évènements tragiques qui vont donner naissance à de redoutables forces maléfiques.

Critique

Alors que « Ça » rencontrait un immense succès en salles en septembre 2017, « Jessie » et « 1922 » ont suivis la lancée des adaptations à succès de Stephen King peu de temps après sur Netflix. Les vannes explicitement ouvertes pour des productions à gogo, c’est ainsi qu’après deux versions en 1989 et 1992, Paramount a choisit de déterrer « Simetierre » pour lui donner une nouvelle vie… Revue aux goûts du jour.

Sans trop prendre de risque dans son contexte spatio-temporel, « Simetierre » reprend les codes classiques du cinéma d’horreur américain des années 90-2000. Des maisons en bois au cœur d’une immense forêt, une végétation abondante, des allusions amérindiennes… Ces références, tantôt habituelles, s’étendent en finesse jusqu’à d’autres œuvres de Stephen King.

Ainsi, un chat possédé à la volonté destructrice fera un renvoie à la célèbre voiture « Christine », tandis que la chute assassine d’un camion est ostensiblement un clin d’œil à l’une des premières œuvres de l’auteur, « Maximum Overdrive ».

Il y a, dans l’amorce de cette chronique, une profonde mise en abîme historique liée à l’histoire des Etats-Unis. Ancien territoire indien, le pays a ensuite évolué sous la dominance de nombreuses colonies. Une terre partagée dont les origines ont été niées puis salies. Ce cimetière ayant en conséquence un passé funèbre, il représente une terre où quiconque pénétrera, sera à son tour souillé. C’est ainsi que ce récit sonne comme une vengeance civilisationnelle de fond.

Déjà présent dans les précédentes adaptations, John Lightow revient en tant que privilégié dans un rôle secondaire construit dans la continuité de son personnage d’origine. Ayant désormais un âge avancé, c’est en voisin papy gâteau qu’il constitue le fil conducteur d’une suite directe relatives aux films précédents.

Il est à noter qu’ils sont à l’affiche mais finalement peu dans le film : Les enfants aux masques animaliers. Au delà d’une simple mise en scène, ces masques se réfèrent surtout à un esprit bestial, antipathique et dénoué de sentiments, état psychique dans lequel se retrouve les ressuscités du cimetière indien. Et comme cet ossuaire se trouve dans la forêt, il était tout simplement évident de poursuivre l’inspiration avec des bêtes forestières comme le loup, l’ours ou le lynx.

En observant impuissant cette dégringolade familiale, beaucoup se réfèreront à la saison 1 d' »America Horror Story » et de sa maison hantée. Car, c’est à la suite du décès d’Ellie, la fille, que l’union familiale éclate et que, enfoui dans un profond chagrin, le père agit seul par pur égoïsme. Le récit se voulant répressif jusqu’au bout, la famille Creed se fait punir là où Louis Clarke a exactement péché…

Rares sont les films dont la finalité est négative et en même temps réussie. Et c’est ce que réussi brillamment « Simetierre » avec un dessert sur les limites du conventionnelle mais parfaitement maîtrisée, puisqu’on finit par être tout de même satisfait du résultat.

Bilan
Beaucoup de lecteurs seront déçus de cette version cinématographique… Plus qu’à enterrer le livre en attendant « Ça : Chapitre 2 » by Warner Bros.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s