« Churchill » de Jonathan Teplitzky

4/5


Synopsis

Juin 1944. Les 48 heures précédant le Débarquement qui scellèrent le destin de Winston Churchill et du monde.

Critique

Au cœur des entrailles du pouvoir diplomatique, « Churchill » dresse un portrait intimement réussi de l’Ancien Premier Ministre britannique, confronté à la plus grande décision de la Seconde Guerre Mondiale.

Difficile d’établir un biopic sur un homme politique d’une telle envergure, l’histoire de ces figures historiques étant marqués par des moments dont l’ampleur nous dépasse. « Le Discours d’un Roi », « Invictus », « Imitation Game » ou dernièrement « Jackie » avec Nathalie Portman, chacun retrace un instant clé de la personne au sein d’une histoire marquante de notre civilisation. « Churchill » suit habillement le complexe processus de décision qui a mené le gouvernement britannique a décidé du Débarquement de l’été 1944.

Là où l’oeuvre biographique excelle est sur le jeu d’acteur impressionnant de Brian Cox. Cigare constamment en bouche, alcoolique, légèrement bedonnant et vieillissant, la figure politique épate et surprend par une personnalité auto-dérisoire avec une pointe de cynisme et de dramaturgie. Par grand étonnement, il se révèle comme sentimentalement dépassé par les événements. Une délicatesse et un altruisme lève le voile sur un homme d’une humanité inopinée divisé entre la tragédie humaine de la guerre et la fin de cette dernière.

Nombreux sont les monologues vitaux quant à l’avancée du film qui nous en apprennent toujours un peu plus sur le déroulé de l’opération. D’échanges diplomatiques houleux jusqu’à des accords politiques émouvants, le récit s’appuie sur le difficile rôle que l’entourage caché du Ministre a subit : Sa femme, sa greffière, le Chef de Armées, le philosophe Jan Smuts, chacun à son tour à le droit son hommage mémorial dans le scénario.

Quelques scènes clés magistrales raisonnent comme ce discours radiophonique officiel d’annonce après le début du Débarquement. Sous une heure grave, Winston Churchill se doit d’encourager les troupes et de donner espoirs aux citoyens que cette bataille sera la dernière.

Bilan
« Churchill » signe le portrait intimiste d’une homme vieillissant confronté à l’un des plus grands événements historiques.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s