« Ava » de Léa Mysius

4/5


Synopsis

Ava, 13 ans, est en vacances au bord de l’océan quand elle apprend qu’elle va perdre la vue plus vite que prévu. Sa mère décide de faire comme si de rien n’état pour passer le plus bel été de leur vie. Ava affronte le problème à sa manière. Elle vole un grand chien noir qui appartient à un jeune homme en fuite…

Critique

Une jeune fille en passe de devenir aveugle qui va rencontrer un jeune loubard : Le synopsis d' »Ava » s’inspire grossièrement du film « Le Cœur en Braille » dans une veine complètement différente. Les oppositions demeurent les mêmes dans un métrage plus osé, plus recherché et plus abouti que son homonyme. Un régal !

Face au drame qui la guette, Ava craint de se retrouver à jamais dans le noir. De manière abstraite et assidue, un jeu de couleurs est entreprit pour lui faire distinguer le bien du mal : Un chien noir, des policiers sur des chevaux, un jeune gitan sombrement habillé, le nouveau compagnon de sa maman de couleur noir, ces petites touches appellent à l’inconscience. Des mises en place facile d’identification que nous retrouvons au prémisse du final autour d’un grand mariage en blanc…

Au premier abord, le film peut paraître dramatique au gré de la situation… Pourtant, on rit beaucoup. Naïvement, innocemment, d’un rire sain, honnête et enfantin, en découle cette jouvence du début de l’adolescence avec un air de vacances frais et acidulé.

Sans aucune pudeur, « Ava » bénéficie d’une mise en scène sensuelle. Sexualité et libertinage à outrance, des scènes frontales appuient la découverte du corps que quiconque subit à cet âge dans la recherche de ses orientations et de ses envies.

D’un manque de confiance en soit, Ava va affirmer un désir insoupçonné d’émancipation. Le kidnapping du chien noir va n’être qu’une porte d’entrée vers cette indépendance qui va peu à peu la détacher de sa mère incompétente. Un attachement réorienté vers un jeune gitan l’engageant dans des délits immoraux, a contrario amusant.

« Ava » retrace le dernier épopée visuel d’une jeune fille dans un cadre aventureux et éblouissant. Partir, rester, qu’est-ce qui serait le mieux pour elle ? Sans vraiment le savoir, nous nous laissons aveuglément transporter avec la naïveté infantile de nos 13 ans.

Bilan
C’est une corrélation de choses dont la recette n’a pas d’explications. Impossible de ne pas y adhérer, « Ava » surprend là où on s’y attend pas.

Publicités

One Comment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s