« Le Procès du Siècle » de Mick Jackson

3,5/5


Synopsis

Deborah Lipstadt, historienne et auteure reconnue, défend farouchement la mémoire de l’Holocauste.
Elle se voit confrontée à un universitaire extrémiste, avocate de thèses controversées sur le régime nazi, David Irving, qui la met au défi de prouver l’existence de la Shoah. Sûr de son fait, Irving assigne en justice Lipstadt, qui se retrouve dans la situation aberrante de devoir prouver l’existences des chambres à gaz. Comment, en restant dans les limites du droit, faire face à un négationniste prêt à toutes les bassesses pour obtenir gain de cause, tout en l’empêchant de profiter de cette tribune pour propager des théories hors de moralités ?

Critique

Rares mais efficaces, les biopics engagés manifeste un devoir de mémoire important d’autant plus pour les générations à venir. « Le Procès du Siècle » ne surprend pas mais entame une volonté de continuité historique.

Face à une telle difficulté d’aborder un sujet aussi sensible qui a tant marqué notre culture occidentale, Mick Jackson approche timidement les grands sujets sans trop rentrer dans les détails. Le scénario résulte ainsi sur une simplification légèrement américanisée qui évite de pénétrer dans la complexité de la véracité qu’a été l’affaire.

La mise en contexte peu paraître lassante pendant les trente premières minutes mais elle est nécessaire. Elle pose les bases, les explore toujours avec frilosité mais l’ensemble devient viral au lancement du procès judiciaire.

Compte-tenu du degré du combat historique que représente ces deux versions sensibles, le film rend un hommage poignant aux victimes et aux rescapés de ce génocide. Tout d’abord, il y a cette scène clé qu’est la visite du camp de concentration à Auschwitz divisé entre larmes et révolte. Puis il y a le suivi du procès : Une rescapé marquée à vie par le matricule juif sur son bras est contrainte de se résoudre au silence pour des raisons judiciaires. Déborah Lipstadt trouve alors un sens concret à son combat.

Histoire relativement épurée certe, mais un casting pointilleux. En effet, les protagonistes impliqués à des degrés plus ou moins différents dans l’affaire sont tous représentés, et pus particulièrement l’équipe judiciaire qui entoure notre historienne avec des têtes d’affiches à surprendre : Andrew Scott (Pride, 007 Spectre), Jack Lowden (Pan, Dunkerque) et Tom Wilkinson (Snowden).

« Le Procès du Siècle » en est déjà un classique du genre mais cette place est-elle réellement légitime ? L’oeuvre méritait plus d’approfondissements face à un tel combat historique.

Bilan
Trop de légèreté scénaristique face à la lourdeur de l’affaire mais il reste un film à voir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s