« Rock’N Roll » de Guillaume Canet

rock-n-roll-2017-critique

5/5 !


Synopsis

Guillaume Canet, 43 ans, a tout pour être heureux. Sur un tournage, une jolie comédienne de 20 ans va la stopper dans son élan et lui apprenant qu’il n’est pas très « Rock », qu’il ne l’a jamais vraiment été et qu’il n’est pas aussi bandant que d’autres du métier… Famille, compagne, maison de campagne, chevaux, ringardise au lieu d’être sexy… Guillaume se complexe et a bien compris qu’il y a urgence à tout changer. Sous le regard médusé et impuissant de son entourage, il va aller loin. Très loin. Trop loin.

Critique

L’auto-fiction est un genre très compliqué à exploiter dans l’art du cinéma. Au début de l’été dernier, « Vicky » nous en a fait l’amer expérience, une grosse déception accentuée d’une fausse prétention sûrement non méritée.
Réalisateur, acteur, scénariste, Guillaume Canet ou le prestigieux acteur français revient dans « Rock’N Roll » et réforme le genre de fond en comble au sein d’une auto-dérision audacieuse aux côtés de sa compagne, Marion Cotillard.

A vrai dire, rares sont les films où la promotion ne montre vraiment rien et ce dernier en fait partie. Qu’il s’agisse de la bande-annonce (ci-dessous) ou même du synopsis (ci-dessus), aucun élément n’est véritablement montré et la découverte du métrage est une surprise purement explosive et inattendue au grand écran.

rock-n-roll-guillaume-canet-critique-cinephlion

Pour bien comprendre, « Rock’N Roll » est une sorte d’auto-biographie exagérée avec une parcelle dominatrice de fiction. Ainsi, Guillaume Canet s’extrapole volontairement. Du rire étudié avec une habille férocité, le film n’est que le bilan ironique d’une sévère remise en question a proprement vécue après la réalisation de son dernier métrage « Blood Ties » en 2013.
Une réflexion compliquée pour un résultat intelligemment drôle et cruellement revanchard avec cette pensée assumée d’un « Il m’en faudra bien plus que ça ! » Peut-être une auto-thérapie qui permet de garder les pieds sur terre, il y a tout de même une part de tragi-comique dont on ignore si il s’agit véritablement d’un pétage de plombs ou d’une crise de la quarantaine.

Sûrement aussi cette façon de dire que rien ne le détruira, dans ce film Guillaume Canet se moque discrètement et toute en finesse des paparazzis, des cérémonies, des clichés de la jeunesse éternelle qui courtise le milieu du cinéma, de la drogue qui permet soit-disant de se maintenir… Et prend cet ensemble de stéréotypes pour le confronter à sa vie bien rangée en se créant un complexe finalement inexistant.

guillaume-canet-critique-rock-n-roll-2017-cinephilion

Etant sa compagne, il était évident de voir Marion Cotillard aux côtés de son mari dans cette oeuvre dérisoire. Workaholic, elle joue elle aussi son propre rôle dans une exagération sans limites : Elle se décide à parler couramment québécois pour le prochain film de Dolan pour ensuite se prendre pour une bègue à l’occasion d’un nouveau tournage. Son travail lui monte à la tête et c’est dans une écriture ciselante et crispante que son personnage évolue.

« Rock’N Roll » révolutionne le cinéma dans une intelligente auto-dérision brillamment savoureuse avec des grosses surprises, notamment sur l’apparition d’un panel de stars non-annoncées prêt à jouer eux aussi, leur propre caricature : Gilles Lellouche, Kev Adams, Camille Rawe, Philippe Lefebvre ou encore Johnny Hallyday et sa femme Laetitia.

Bilan
Le cinéma français est souvent de qualité. Là, il en résulte de l’excellence.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s