« Ballerina » de Eric Summer & Eric Warin

576fc4f2138f3

4/5


Synopsis

Félicie est une jeune orpheline bretonne qui n’a qu’une passion : la danse. Avec son meilleur ami Victor qui aimerait devenir un grand inventeur, ils mettent au point un plan rocambolesque pour s’échapper de l’orphelinat, direction Paris, ville lumière et sa Tour Eiffel en construction ! Félicie devra se battre comme jamais, se dépasser et apprendre de ses erreurs pour réaliser son rêve le plus fou : devenir danseuse étoile à l’Opéra de Paris…

ballerina-film-extrait

Critique

« Ballerina » a eu le droit à un énorme coup de pub avant sa sortie et il y avait de quoi ! Après « Comme des bêtes » l’été dernier, cette création franco-canadienne vante nos talents nationaux en matière d’animation. En pleine période de révolution industrielle, Félicie grandit dans un orphelinat breton aux côtés de son meilleur ami Victor. Des personnages attachants et un contexte qui se veut au départ miséreux face au rêve d’une héroïne ambitieuse. Prêt à tout pour concrétiser leur projet, les deux amis s’enfuit pour atterrir à Paris. Arrivé à destination, le film évolue dans une toute autre dimension et fait une éloge de la capitale en pleine exposition universelle. La Tour Eiffel en pleine construction, l’Opéra Garnier illuminé de milles feux, la Statut de la Liberté en préparation… Les références historiques sont multiples et finement étudiées pour offrir un visuel toujours au plus proche de la réalité. Au delà de cet incroyable travail contextuel, le film est d’autant plus plaisant qu’à l’instar des autres dessins animés féériques laissant recours à l’imagination, notre héroïne se donne du mal pour parvenir à ses fins et véhicule de vraies valeurs prônant le travail, le mérite et la fraternité. Félicie se révèle ainsi comme étant un modèle de persévérance et d’humanité qui ne renonce devant rien. Des sentiments clés faisant de ce conte un surplus émotionnel avec un fort enjeu. Aussi, il en fallait bien une, la méchante frôle physiquement la caricature malgré de rares apparitions. Petit aparté et point d’admiration sur l’interprétation des voix off notamment Camille Cottin dont la place dans le cinéma français et international se veut de plus en plus méritant.

Bilan
« Ballerina », une histoire profonde et sincère rempli de valeurs positives qui vante fièrement Paris dans une volonté culturelle et éducative.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s