« Papa ou Maman 2 » de Martin Bourboulon

372994

4/5


Synopsis

Deux ans ont passé. Après avoir raté leur séparation, les Leroy semblent parfaitement réussir leur divorce. Mais l’apparition de deux nouveaux amoureux dans la vie de Vincent et de Florence va mettre le feu aux poudres. Le match entre les ex-époux reprend.

papa-ou-maman-2-marina-fois-laurent-lafitte-critique

Critique

Savoureusement anti-conventionnel, le premier numéro surfait sur un humour politiquement incorrect. « Papa ou Maman » remet le couvert pour une suite encore plus aboutie. Dès le début, le film entre dans le vif du sujet avec une scène de dîner entre amis qui pose avec surprise l’épilogue : Les divorcés habitent en face l’un de chez l’autre. Un mise en contexte avec une ouverture de gags qui atteint ses limites. Une première impression rapidement rattrapée par un scénario imaginatif qui ne s’est pas privé de surprises ! En effet, le duo Marina Foïs / Laurent Lafitte étant d’ores et déjà incroyablement bon, la crainte d’ajouter deux nouveaux protagonistes pouvaient se manifester. Des doutes qui s’estompent assez vite, le passage des nouveaux compagnons de notre couple n’étant que temporaire, un juste équilibre a été soigneusement ficelé afin qu’il puisse être court, efficace et malicieux. La succession de péripéties est intelligemment incorrect et évoluent sur un crescendo maîtrisé avec brillot. Une partie du film se déroulant à la Réunion, le décor et l’ambiance tend à nous rappeler la comédie américaine « Hors contrôle » avec Zac Efron où une animosité guette le spectateur sur l’attente d’un dérapage pendant ces moments familiaux sacrés. Avec ces airs du chef d’oeuvre « Les Nouveaux Sauvages », la scène de course poursuite explosive étant est un mythe de l’enseigne « Papa ou Maman », ce nouvel opus ne pouvait ainsi pas y échapper. Un deuxième numéro est souvent un essai réchauffé et pourtant, Martin Bourboulon réussi à faire encore mieux ! Plus évolutif, plus drôle, moins bordeline, dévorant, captivant et irrésistiblement bon, ce nouveau long-métrage frôle avec tact les limites de l’anti-conformisme sans les dépasser. Le prémisse d’une série ?

Bilan
On reprend les mêmes et on fait encore MIEUX ! Que vous ayez ou non aimé le premier, celui-là vous allez l’adorer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s