« NERVE » de Ariel Schulman & Henry Joost

102416.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

4/5


Synopsis

Venus est une fille sans histoire qui déteste les mouvements de popularités soumis à Internet (Facebook Twitter..). En participant à Nerve, un jeu qui diffuse en direct sur Internet des défis filmés, elle s’associe à Ian et décide de relever des challenges de plus en plus risqués et gagner toujours plus d’argent. Mais bientôt les deux « Joueurs » s’aperçoivent que leurs moindres mouvements sont manipulés par une communauté anonyme de « Voyeurs ». Le jeu vire au cauchemar. Il devient impossible de l’arrêter…

nerve-dave-franco-emma-roberts

Critique

« NERVE » débarque sans prévenir sur nos écrans et explose tout ! N’importe qui comprend vite dès les premières minutes du film qu’un message de dénonciation est clairement étudié. En effet, avec un sourire jaune, « NERVE » s’identifie de façon satirique à la génération actuelle dépendantes des réseaux sociaux et du web. La vie privée n’existe plus. Ensuite, le jeu n’est autre qu’une version dérivée des télé-réalités d’aujourd’hui, aspect révolutionnairement satirique qui se moque de ces émissions où les candidats sont capables de pousser leurs limites pour de l’argent ou de la popularité. Exagérer ? Pas vraiment… Peu pour être honnête même.

Quoi qu’il en soit, l’idée est innovante, change des schémas classiques connus et l’exploitation lui offre une démarcation légendaire. Tout est rempli de surprises ! Le casting est composé de quelques perles choisies qui répondent exactement à un public commercialement teenager. Ainsi, le personnage de Venus, interprétée par Emma Roberts, domine par moment son duo avec Dave Franco, volontairement bandant.

Loin de tout ça, son imprégnation dans ce jeu numérique ne se limite pas qu’à un scénario mais montre l’influence et la pression que peuvent avoir ces contextes sociaux de popularité, une atmosphère dans laquelle elle tombe à pieds joints. Le spectateur pénètre le jeu et se retrouve sous une pression psychologique constante divisée entre une œil raisonnable où il se dit que ce qu’il regarde est mal et un autre, pervers où il regrette son inactivité…

Bilan
Aussi intéressant à regarder qu’à critiquer, « NERVE » est un coup de maître incroyablement surprenant !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s